Accueil


ÉTIQUETTES II

«Tu» ou «Vous» ?
1. Un simple pronom et une forme verbale font un monde de différence dans les relations interpersonnelles en France. Le passage du "«vous»" (formel) au "«tu»" (informel) est un rituel fréquent, qui marque l'évolution d'une relation.
2. Le passage du «vous» au «tu» se fait plus facilement entre personnes du même sexe que de sexes opposés, l'âge joue aussi un rôle important. Ce passage est souvent formalisé par une question posée ainsi : "On pourrait se tutoyer maintenant, ce serait plus simple ?" ou "Ça «vous» dérangerait si on se tutoyait ?"
3. Il existe un grand nombre de cas de tutoiement spontané : les jeunes enfants par exemple s'adressent aux adultes en utilisant le pronom «tu» jusqu'à ce qu'ils apprennent - vers 7 ou 8 ans - à distinguer les circonstances où il faut faire un choix.
4. Par ailleurs, les jeunes du même âge, les adolescents, se tutoient de manière spontanée, sans distinction de sexe. Les membres d'une même famille se tutoient : sauf dans des cas aujourd'hui exceptionnels, les enfants ne disent jamais «vous» à leurs parents. Le «tu» spontané est aussi d'usage dans certains cercles, clubs, associations ; cela a pour effet de renforcer le sentiment d'unité et d'appartenance au groupe.
5. En général, on vouvoie les personnes que l'on rencontre pour la première fois, le supérieur hiérarchique, une personne plus âgée que soi. Il existe certains cas où une personne est autorisée à tutoyer, tandis que son interlocuteur emploie le «vous» : un professeur parlant à un jeune élève, un adulte à un jeune enfant, une personne âgée s'adressant à une personne beaucoup plus jeune. Cette situation n'autorise pas la personne qui est tutoyée à tutoyer son interlocuteur à son tour, ce qui montre que le vouvoiement n'est pas seulement une marque de formalité, mais aussi un indicateur de hiérarchie sociale qui permet de montrer son respect.
6. Dans une première rencontre, le choix entre le «vous» et le «tu» n'est pas toujours facile, il existe des circonstances où l'on hésite, et où une solution doit être trouvée verbalement. Même si le premier contact est chaleureux, il est plus prudent d'utiliser le «vous» jusqu'au moment où les interlocuteurs trouvent un protocole. En général, c'est la personne la plus âgée, ou celle qui se trouve dans une position hiérarchique supérieure, ou celle qui reçoit qui va décider.
7. Aujourd'hui, l'usage du tutoiement est de plus en plus répandu, notamment parmi les jeunes générations.